LA LISTE NOTRE PROGRAMME PARTICIPER A LA CAMPAGNE FAIRE UN DON CONTACT
 

Les petites mesquineries du maire

Article publié le 10 avril 2018

Christine Hennion a demandé à la mairie de disposer d'une salle pour organiser une réunion sur notre commune pour rendre compte de son mandat de députée de notre circonscription. Refus ! Nous avons voulu savoir à quel titre et avons donc posé la question au Conseil municipal du 29 mars 2018.
Voici la question posée et la non-réponse...

Monsieur le Maire,

Cette question vous a été envoyée le mardi 27 mars dans les délais prévus par le règlement intérieur pour vous permettre de préparer votre réponse.
Conformément à ce même règlement, nous ne pourrons pas réagir à la réponse que vous ferez en séance.

Aux élections législatives de juin dernier, 56,85% des votants, soit 4 848 Garennois, ont choisi Mme Hennion pour les représenter à l’Assemblée Nationale. En février, Mme Hennion vous a sollicité pour mettre à sa disposition une salle municipale courant avril (date proposée le 12), afin de pouvoir revenir vers nos concitoyens et rendre des comptes aux Garennois et à l’ensemble des habitants de la circonscription.
Cette approche démocratique pour expliquer son action à l’Assemblée Nationale et en circonscription a pu se faire sans problème à Courbevoie comme à Bois-Colombes.
Cela n’a pas été le cas avec votre municipalité, qui a compliqué la réservation d’une salle par des artifices procéduriers en exigeant notamment que cette réservation soit faite par une liste élue du conseil municipal, alors que Mme Hennion est députée, élue de la Nation.
De ce fait, Mme la Députée a dû annuler ce projet sur la commune et nos concitoyens garennois ne bénéficieront donc pas comme les autres communes de la circonscription, de la venue de notre Députée.

Cette situation ne met pas en valeur notre ville et ferait plutôt penser à une approche politico-partisane similaire à plusieurs de vos éditos du magazine d’informations municipales et à des positions prises parfois au sein des conseils municipaux.

Mais il ne s’agit peut être que d’un manquement de courtoisie sans intention de vos services envers Mme La Députée.

Dans ces conditions, quelle solution digne d’un élu de la République, pouvez vous apporter à l’avenir, afin qu’une telle situation, extrêmement regrettable, ne puisse pas se reproduire ?

Nous vous remercions de votre réponse.

Christophe Conway et Jean-Florent Campion


''Réponse'' de Philippe Juvin (rappelons que selon le règlement intérieur imposé par la majorité, nous ne pouvons pas répondre) :

Monsieur le Conseiller municipal, j'avoue de ne pas comprendre cette affaire, ou alors, je la comprends très bien. La députée a fait une demande de salle pour une réunion. Nous lui avons répondu qu'elle pourrait avoir la salle qu'elle veut, le jour qu'elle veut, avec les moyens qu'elle veut. Cette réponse nous la faisons à la députée. Je la ferais de la même manière à un sénateur ou à un député européen. Simplement, il y a une formalité à remplir, qui n'est pas très grande, qui est de respecter le règlement intérieur du Conseil municipal, que nous respectons tous ici quand nous voulons une salle. Il n'y a donc aucun souci pour nous, la salle est toujours à la disposition de la parlementaire, qui plus est de la circonscription. Je demande simplement que le règlement soit respecté. Vous nous demandez quelle est la solution. Je vous dis de respecter le règlement. Par exemple, faites-vous même la demande. C'est très simple.
Quel est le vrai sujet ? A vous entendre, nous ne voudrions pas donner de salle. Le vrai sujet est simple : peut-être que la députée ne souhaite pas que vous fassiez vous-même la demande. Je ne suis pas le gardien de la cour d'école des difficultés que certains peuvent avoir à l'intérieur de leur parti en ne s'entendant pas les uns avec les autres. Je ne suis pas là comme un Casque bleu pour régler les problèmes internes à des partis. Dans le mien, il y a suffisamment à faire. Si vous voulez demander une salle pour la députée, demandez-la. Si la députée ne veut pas que ce soit vous qui demandiez la salle, comme il m'a été peut-être dit que c'était le cas, je n'y peux rien. C'est ainsi. Entendez-vous. Nous serons très heureux d'accueillir la députée. Ne venez pas nous reprocher les conséquences de votre dysfonctionnement. Nous avons les épaules larges, mais cela suffit.

Intervention : "Voyez quand même à Bois-Colombes comment ils ont fait."

Monsieur, il n'y a pas de débat après une réponse à une question. Je ne vous donne pas la parole. Je viens de vous répondre. Ce n'est pas parce que la députée refuse que vous, Christophe Conway, fassiez la demande, que je doive trouver une solution qui n'est pas en accord avec le règlement du Conseil municipal. Débrouillez-vous, mettez-vous d'accord avec elle.

Commentaire
La mauvaise foi est patente : le règlement s'applique aux élus du Conseil, pas à une députée élue sur une autre base. D'ailleurs, à Bois-Colombes comme à Courbevoie, cela n'a pas posé de problème.

Cet article est associé aux thématiques suivantes :
- Démocratie locale
- Questions orales


Vous souhaitez commenter cet article :

Votre nom ou pseudo :
Votre adresse Email :
Votre commentaire :

Revenir à la page précédente

SUIVEZ L'ACTUALITE GARENNOISE : INSCRIVEZ VOUS A LA NEWSLETTER

 
VIE DU CONSEIL MUNICIPAL

Dernier conseil municipal : 19/11/2018 20:00

Séance publique en Mairie
Salle des mariages
Entrée libre

Télécharger l'Ordre du Jour (PDF)

 
 
ARTICLES PAR THEMATIQUES
 
 
LES DOSSIERS GARENNOIS

 
 
BASE DOCUMENTAIRE
 
 
LIENS
 
 

Accueil | La liste | Nos idées pour La Garenne | Participer à la campagne | Faire un don | Contactez-nous

© 2013-2014 : Union Citoyenne pour La Garenne
Déclaration CNIL n°1703059